Temps de lecture : 3 minutes

Travail, santé et bonheur Après avoir beaucoup parlé de bonheur au travail, aujourd’hui je vous propose de nous interroger sur le lien entre travail, bonheur et santé.

Pourquoi bonheur et santé ? Peut-être parce que l’un va rarement sans l’autre. De plus, nous verrons que le travail s’avère aussi délétère par son surcroît que par son absence.

Enfin, car  tout n’est pas noir, nous essayerons de comprendre ce que nous apporte d’essentiel le travail, en dehors de l’aspect matériel, et comment ne pas tomber dans le piège qui nous guette.

Constat sur le travail

On le sait depuis des années, le travail tue autant par excès que par manque.

Ainsi, en 2018, ce ne sont pas moins de 10.000 cas d’affections psychiques, comme le burn-out, qui ont été reconnues par l’Assurance Maladie au titre des accidents du travail avec arrêt.

De même, à l’autre extrémité du spectre, une étude de l’Institut national pour la santé et la recherche médicale (Inserm), mets en évidence une « surmortalité très importante » chez les chômeurs.

En effet, selon cette étude, le chômage tuerait entre 10.000 et 20.000 personnes chaque année. Un chiffre jusqu’à trois supérieurs à celui trouvé chez les actifs et qui inclus les maladies provoquées par le stress, les conduites addictives et les suicides..

Ajoutez à cela les problématiques de harcèlement et les troubles musculo-squelettiques (TMS) et le tableau sera déjà bien assez sombre.

Partant de ce constat, la relation entre travail, santé et bonheur est évidente. Il reste encore à nous questionner sur ses mécanismes.

La place complexe du travail

Le travail à une place très complexe dans notre vie. Il nous touche autant sur l’aspect matériel, social que psychologique.

En effet, notre travail a pour premier objectif la satisfaction de nos besoins primaires. Comme l’a théorisé Maslow, rien ne peut se faire ni se construire si nous n’arrivons pas à assurer nos besoins physiologiques et notre besoin de sécurité.

L’aspect matériel du travail n’est donc pas de thésauriser, mais bien d’assurer ces besoins, pour soi, mais aussi pour ses proches.

Ce n’est qu’une fois que l’on se sait en sécurité, avec un toit sur la tête, de quoi payer les factures et manger à sa faim, que peut naître le sentiment d’appartenance, marqueur de la seconde étape de notre cheminement.

Ainsi, travailler nous permet de nous intégrer socialement, de développer le sentiment d’appartenance à un groupe… ou tout au moins de ne pas se sentir exclu de celui, très génériques, des « actifs ».

Ce sentiment d’appartenance est important, car il nous motive. Il contribue à donner un sens et des objectifs à nos actions. C’est ce qui nous pousse à nous investir, à progresser.

À l’opposé, si votre travail n’apporte aucun sens, qu’il va à l’encontre de vos valeurs de vie ou valeurs morales. S’il ne vous donne aucune autonomie. Alors vous perdez ce sentiment de l’appartenance. Les conséquences de ce type de situation sont bien connues : perte de confiance en soi, conflit intérieur, dépression…

Si nous pouvions complètement déconnecter nos vies privées de nos vies personnelles, les choses pourraient être atténuées. Mais tout est basé sur ce fragile équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Il nous faut absolument apprendre à le préserver.

En synthèse

Oui, pour la très grande majorité, le travail est un des nombreux rouages qui composent le bonheur.

A minima, il apporte une stabilité matérielle. Pour autant, il n’est pas l’alpha et l’oméga. Que ce soit dans le travail ou à l’extérieur, il nous faut réussir à donner du sens à nos actions. Au travail, les choses peuvent être cadrées, comme avec le modèle PERMA. Dans la vie privée, c’est un effort de tous les jours.

Il nous faut également développer un sentiment d’appartenance à un groupe, nous sentir reconnus et acceptés. Ce sont là les éléments nécessaires à l’accomplissement de soi… c’est-à-dire au vrai bonheur.

Un bonheur choisi et construit sur mesure, à votre mesure. Un bonheur qui n’a rien à voir avec celui que le marketing veut vous vendre. Gardez bien cela à l’esprit durant cette période de fêtes…