fbpx

Sophrologie et préparation à la maternité

Préparation à la maternitéPréparation à la maternité et préparation à l’accouchement sont trop souvent confondues, avec pour conséquence certaines frictions entre l’ordre des sages-femmes et les sophrologues.

Je vous propose aujourd’hui de faire le point cette situation en replaçant chacun dans son rôle.

Pour cela, allons aborder les complémentarités et les différences qui existent entre :

  • la préparation à l’accouchement, domaine réservé aux sages-femmes;
  • la préparation à la maternité, domaine du sophrologue.

Définition et limite de la préparation à la maternité.

Pour mieux comprendre le concept de préparation à la maternité et la complémentarité qui existe entre sophrologues et sages-femmes, il me semble important de commencer par préciser le rôle essentiel de ces dernières :

« La sage-femme assure le suivi prénatal en accompagnant les futures mères

[…] à travers des séances de préparation à l’accouchement.

Elle pratique également les accouchements, en autonomie ou avec un médecin. Pendant l’accouchement, elle surveille pas à pas l’évolution du « travail » jusqu’à la naissance. […]

Une fois l’accouchement terminé, cette spécialiste s’assure de la bonne santé du nouveau-né et contrôle ses réflexes. Durant les jours qui suivent l’accouchement, elle prodigue les soins nécessaires au rétablissement de la mère.[…]

Enfin, quelques semaines après la naissance, elle assure les séances de rééducation postnatale.

Depuis 2009, les sages-femmes sont autorisées à prescrire la contraception féminine et à assurer un suivi gynécologique de prévention, à l’exception des patientes à risque. Elles peuvent également pratiquer les vaccinations prévues par la réglementation. »

Fiche métier, ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes.

Cet extrait montre bien l’aspect thérapeutique et médical du métier de sage-femme. A moins de disposer de la double qualification, la préparation technique et le suivi médical de l’accouchement, de ses suites, comme celui du nouveau-né sont totalement en dehors du périmètre d’action du sophrologue. Ce dernier ne peut et ne doit pas se substituer au corps médical.

L’action des sages femmes est également plus restreinte dans le temps que celle du sophrologue. La plupart d’entre nous vont les consulter entre le 4e et le 5e mois de grossesse et nous les quittons le plus souvent à la sortie de la maternité. De son côté, le sophrologue peut intervenir bien en amont de tout début de grossesse et vous accompagner après la naissance.

En effet, lorsque nous parlons de préparation à la maternité, cela s’étend du désir (parfois compliqué) d’enfant, jusqu’aux premiers moments de maternité effective, quand bébé arrive à la maison et qu’il faut se reconstruire, reconstruire son couple et faire face à ce bonheur aussi grand que les responsabilités qu’il implique.

Accompagner le désir d’enfant.

Le désir d’avoir un enfant est un désir simple, mais aux conséquences complexes.

Pour certaines d’entre nous, la nature est capricieuse. Que ce soit un traitement contre l’infertilité ou une FIV, les parcours médicaux sont parfois physiquement difficiles et moralement éprouvants. La motivation est mise à rude épreuve.

Pour d’autres, ce besoin de maternité se confronte au contexte familial ou professionnel. Il nous met face à des dilemmes et surtout face à nous-mêmes et à notre capacité, ou non, de libre arbitre, de choix sur notre maternité.

Dans les deux cas, la sophrologie apporte un soutien, vous aide à prendre du recul, à agir en conscience et en accord avec vous-même.

Pendant la grossesse.

Au cours de sa grossesse, la femme enceinte va devoir faire face à de nombreuses modifications physiques et psychologiques. La préparation à la maternité va lui permettre d’accepter puis de vivre cette période de changement.

La préparation à la maternité va l’aider à accompagner cette modification de son schéma corporel, l’altération temporaire de son image et les désagréments qui en résultent : nausées, fringales, perte ou difficultés de sommeil…

La préparation à la maternité va également aider la future maman, mais aussi le futur papa à envisager l’arrivée de l’enfant au sein du couple. Les aider à anticiper le passage parfois compliqué du couple à la famille.

Pour finir, en totale complémentarité avec le travail de préparation à l’accouchement, qui doit rester sous la responsabilité de la sage-femme, votre sophrologue peut vous apporter des techniques de respiration, de gestion du stress et de la douleur.

Les deux approches sont complémentaires au point que certaines sages-femmes sont également sophrologues et incluent ces techniques dans leurs programmes de préparation.

Après la naissance

La préparation à la maternité se termine par l’apprentissage de la parentalité. Les jeunes parents se retrouvent souvent assaillis de recommandations, de conseils, au point qu’il en devient difficile de faire face à la moindre nouveauté.

La pression créée, la fatigue et le baby blues finissent par nous tétaniser et nous faire craquer. Pour ne pas alourdir cet article, je vous renvoie à l’article sur la sophrologie postnatale pour plus de détails sur ce moment important du retour à la maison et l’aide apportée par la sophrologie.

Un large champ d’action

Nous arrivons à la fin de ce billet et j’espère vous avoir apporté une vision plus précise sur la préparation à la maternité. Tout au long de cette période, votre sophrologue adaptera son travail pour répondre à vos besoins du moment avec pour guide cette phrase du Dr Chéné :

« Elle (la sophrologie) lui permet de vivre une grossesse lucide et volontaire afin d’être présente à chaque étape de son évolution la guidant tout au long de cette bouleversante aventure pour qu’elle soit la sienne » – Sophrologie préparation à l’accouchement – Patrick-André Chéné

Par |2018-08-02T14:45:03+00:0016/03/2015|Enfants, Grossesse|

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le :

7 Comments

  1. Din
    Din'chout Din'chout 27 septembre 2016 à 11 h 25 min

    Et oui je dirais que c’est un plus, on accompagne …

    • Dominique Fritsch
      Dominique Fritsch 27 septembre 2016 à 11 h 29 min

      C est une compétence qui se rajoute à une profession de la santé
      En aucun cas ne remplace les diplômes officiels médicaux

  2. Anne-Marie Moretti
    Anne-Marie Moretti 27 septembre 2016 à 10 h 56 min

    Important de le rappeler

  3. Dominique Fritsch
    Dominique Fritsch 27 septembre 2016 à 10 h 09 min

    Merci de rappeler qu un sophrologue n à pas la formation d un PROFESSIONNEL DE la santé

  4. Sabine Pernet
    Sabine Pernet 13 septembre 2016 à 10 h 59 min

    Dominique Fritsch, je suis désolée que vous ayez à vivre une telle expérience. Cela n’effacera pas ce moment désagréable, mais sachez que vous n’êtes pas la seule à qui c’est arrivé, malheureusement.

  5. Dominique Fritsch
    Dominique Fritsch 13 septembre 2016 à 10 h 42 min

    Génial votre mise au point….
    Un sophrologue n est pas un soignant
    Je me suis fait laminée sur un forum de discussion

  6. Mon Énergie de Vie
    Mon Énergie de Vie 16 mars 2015 à 13 h 03 min

    trop bien ça…. c’est ce que j’avais fait, un peu par hasard, mais chaque fois que du bonheur !

Les commentaires sont fermés.

X