relaxation passiveCe second article sur les techniques de relaxation pour enfants va nous permettre d’aborder les techniques passives, propices au retour au calme et à l’endormissement.

Une fois de plus, vous verrez que ces exercices sont accessibles à tous et que les parents auront, eux aussi, plaisir à y participer.

Je ne le dirais jamais assez : se réserver du temps et s’impliquer dans ce type d’activité avec votre enfant reste le meilleur moyen d’établir des liens et construire des souvenirs impérissables.

Quand utiliser une technique de relaxation passive ?

Comme son nom l’indique, la relaxation passive va demander beaucoup moins d’interactions que les exercices de notre article précédent. Après quelques essais, ces techniques passives peuvent être utilisées seules, avant le couché où s’il est besoin de ramener le calme après une séquence de jeu ou d’activité.

Le plus souvent, ces techniques passives seront utilisées à la suite d’un exercice de relaxation active. Enchaîner l’un des 3 exercices proposés dans notre article précédent avec l’un de ceux que je vous propose aujourd’hui peut s’avérer être un excellent programme.

Visualisation

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les techniques de visualisation ne sont pas réservées aux adultes. Je dirais même que nos enfants sont certainement plus réceptifs à ce type de technique passive. Leur imagination leur procure des capacités qui feraient envie à bien des adultes.

La visualisation fait partie des techniques passives capables de calmer les esprits les plus vifs, de chasser les peurs et/ou pensées négatives. Elle s’accorde parfaitement avec l’exercice de relaxation musculaire progressive : vous relaxez d’abord les muscles puis l’esprit en enchaînant relaxation active puis passive.

Un des exercices les plus connus de visualisation pour enfants consiste à imaginer un lieu magnifique et calme où il se sent parfaitement bien, heureux et à l’abris. Pour ma part, je préfère souvent utiliser la visualisation de la couleur.

  • Assis ou allongé, demandez à votre enfant de fermer les yeux et de penser à sa couleur favorite, celle qui lui apporte le calme, qui lui inspire la sécurité.
  • Demandez-lui maintenant d’imaginer, de visualiser, qu’à chaque inspiration cette couleur rentre en lui, par le nez ou la bouche, et que chaque expiration envoi cette couleur dans chaque extrémité de son corps : sa tête, ses mains et ses pieds.
  • Continuer l’exercice jusqu’à ce qu’il visualise son corps rempli de cette couleur et qu’il en sente les bienfaits.

Apprendre à méditer.

Dans notre article sur la relaxation à l’école, nous avions mis en avant le fait que les exercices devaient être brefs. Il ne sera donc pas question de se lancer avec votre enfant dans une longue méditation passive, mais d’apprendre à focaliser son attention.

L’exercice que je vous propose est très apprécié en classe. Il contribue, lui aussi, à un retour au calme et permet d’établir les meilleures conditions d’attention pour se remettre au travail. À la maison, il peut s’avérer utile avant les devoirs.

  • Demandez à votre enfant de s’asseoir, le dos bien droit, les mains sur les genoux et les yeux fermés.
  • Il va maintenant devoir respirer lentement et surtout régulièrement en conservant les yeux fermés tout l’exercice.
  • Maintenant, comptez chaque cycle d’inspiration + expiration pour arriver à 30.
  • Durant chaque cycle votre enfant doit se concentrer uniquement sur sa respiration, sur le bruit de l’inspiration suivi de l’expiration, sur la sensation de l’air qui rentre par le nez et ressort par la bouche… Se concentrer sur cette colonne d’air qui le parcoure va apporter le calme et lui apprendre à se concentrer.
  • À la fin des 30 cycles (ou un peu plus si votre enfant s’y est habitué), faites le prendre une grande inspiration puis souffler lentement en ouvrant les yeux.

Le plus agréable pour la fin : le câlin !

Et oui, revenir aux bases est toujours nécessaire. Le câlin est, comme le rire, l’un des plus simples, des plus naturels et des meilleurs moyens de se relaxer.

Activité passive par excellence, il permet de réduire le stress, d’exprimer des sentiments positifs, l’empathie et l’absence d’agressivité. Plus encore, d’après certaines études le câlin feraient baisser la pression artérielle. Pourquoi s’en priver, surtout quand tout le monde en profite ?

Alors, passive ou active ?

Les deux ! Avec ces 6 techniques actives et passives, vous voila avec de quoi tenir quelques temps. N’oubliez pas que l’apprentissage doit être progressif et surtout rester un plaisir partagé.

Si votre enfant apprécie et qu’il trouve plaisir à enchaîner les exercices en votre compagnie, n’oubliez pas de toujours finir par un exercice de relaxation passive.

Bibliographie :

Quelques ouvrages sur ce sujet à mettre dans vos bagages pour les vacances :

[wwcAmzAffProducts asin= »2702907601,2725623499,280416201X,222606849X,2352043239,2352041910″][/wwcAmzAffProducts]