Temps de lecture : 4 minutes

sportLa motivation est au centre de toute réussite, qu’elle soit sportive ou non, individuelle ou d’équipe.

Que vous pratiquiez un sport d’endurance, de vitesse ou de précision, seule une motivation sans faille pouvait vous aider à progresser, à vous dépasser et à gagner.

Que vous soyez sportif ou non, je vous propose cette semaine d’explorer le domaine très particulier de la préparation mentale pour les sportifs.

Sollicitée par des sportifs, j’ai eu le plaisir de les accompagner dans la préparation puis dans l’action. Je devais les aider à construire ou renforcer leur motivation à progresser, repousser leurs limites et se forger un mental de gagnant.

C’est cette démarche que je vous propose de découvrir au cours de cet article en deux parties qui vous intéressera, même si vous n’êtes pas sportifs.

Cette semaine, nous découvrirons pourquoi la motivation est indispensable aux performances et comment mettre en place une progression.

La motivation, clé de la réussite.

Dans le sport, plus qu’ailleurs, rien ne peut être fait sans une motivation d’airain. Sans motivation, pourquoi vous lever tôt pour vous entraîner jusque tard le soir ? Comment accepter de passer des heures à répéter les mêmes gestes, les mêmes techniques pour les améliorer encore et encore ? Sans motivation, comment accepter les douleurs de ce corps que l’on pousse dans ses limites ? Sans elle, comment surmonter les échecs et reprendre l’entraînement pour être meilleur la prochaine fois ?

La motivation est à la fois le socle et le moteur du sportif. Elle est souvent noyée dans ce que l’on nomme le mental, l’esprit de compétition. Pour beaucoup, on l’a… ou pas !

Mais dans les faits, ce mental, cet esprit combatif n’est que la mise en marche de la motivation. La motivation se prépare, elle se travaille. Elle doit être considérée avec autant d’importance que celle que l’on accorde aux aspects techniques, à la condition physique ou à la performance de l’équipement.

Sans motivation, le physique, la technique comme l’équipement de pointe ne seront pas pleinement exploités !

Construire sa motivation.

Comme de nombreux sophrologues, lors de mes premiers entretiens avec des sportifs, je me suis orientée vers les ouvrages de Raymond Abrezol que nous avions déjà abordé dans un article sur la sophrologie et le sport. Ces ouvrages sont excellents, mais abordent le sujet de la motivation en s’adressant plus à des sophrologues qu’à des sportifs.

Moi qui ne suis pas vraiment sportive, il me fallait trouver les mots pour concrétiser ces théories et techniques, pour aider mes clients à progresser, à repousser leurs limites, à se créer un mental de gagnant.

Après avoir consulté quelques ouvrages (voir bibliographie), je me suis arrêté sur celui de Patrick TOTH, coach, maître-praticien en PNL, mais aussi sportif de l’extrême, qualifié à deux reprises pour participer au prestigieux Ironman de Hawaii. J’ai choisi ce petit livre, car c’est celui qui se rapproche le plus de ma vision de la préparation mentale pour les sportifs.

À partir de cet ouvrage, qui repose sur un retour d’expérience concret avec des sportifs de très haut niveau, et des travaux de Raymond Abrezol, il se dessine une approche assez efficace de la construction mentale du sportif. Une spirale ascendante qui va lui permettre de construire sa motivation, de gérer la période d’efforts, de faire le bilan et de reprendre, en l’améliorant encore, cette construction de sa motivation.

L’objectif

La première phase de cette spirale va donc être une phase de définition. Quel objectif, quelle réalisation, quel niveau veut-on atteindre ?

Il n’est pas question ici de viser le plus haut possible. Cette approche n’apportera que frustration. Pour la motivation, il est préférable de travailler par étapes, par objectifs intermédiaires.

Chacun de ces objectifs devra être SMART :

  • Spécifique : il devra être clairement formulé et compréhensible par le sportif comme par ceux qui l’entourent;
  • Mesurable : une performance, une hauteur, une distance, un nombre de points… le critère d’acceptation doit être indiscutable;
  • Atteignable par celui à qui il est fixé. Cette notion est indissociable des deux suivantes;
  • Réaliste : oui, je pourrais un jour courir un marathon… mais combien d’années me faudrait-il pour y arriver ? Et si je débutais par un 100 m ?
  • Borné dans le Temps : une semaine, un mois, un trimestre, un an… j’apprends à fixer une limite en corrélation avec les aspects réalistes et atteignables de mon objectif.

La route vers le succès se fait par paliers, par accumulation de petites victoires. Chacune renforce la confiance en soi et la motivation à se dépasser.

Ces objectifs sont également l’occasion d’apprendre à connaître et à fixer ses limites. Chaque itération permet de mieux calibrer la suivante, de se préparer à affronter les difficultés que l’on peut y trouver et donc de renforcer encore cette motivation qui devient un moteur puissant.

Dans la seconde partie de cet article, nous aborderons la motivation comme aide dans la gestion de l’effort et son importance dans l’après compétition.

D’ici là, je vous propose de commencer les travaux pratiques. Tentez de répondre aux questions suivantes pour faire le point sur votre motivation :

Définissez votre objectif

Qu’est-ce qui vous motive, vous pousse à vous entraîner et à faire les compétitions ?

Comment déclinez-vous cette motivation en objectif SMART ?

Bibliographie :

Voici quelques ouvrages pour aller à l’essentiel sur le sujet