Temps de lecture : 3 minutes

Sport ou relaxation ?Pourquoi faire de la relaxation si je peux faire du sport ? Cela me relaxe tout autant !

Le sport, ou simplement l’activité physique, est souvent assimilée, à juste titre, à un excellent moyen de se défouler et d’évacuer le stress.

Pourquoi vouloir lui adjoindre une activité de « relaxation » ? N’est-ce pas faire double emploi ?

Cette question, vous êtes nombreux à nous la poser au cours des salons ou forums auxquels participent des sophrologues. A cette vision, qui restreint la sophrologie au seul domaine de la relaxation , il n’existe pas de réponse unique.

Je vous propose donc de faire le tour des situations les plus communes et nous verrons que la sophrologie apporte bien plus aux sportifs qu’une simple séance de relaxation.

Sport : le corps et l’esprit.

Les vertus indiscutables du sport sur la santé sont connues depuis l’antiquité. On ne présente plus, cette citation dont seule la fin est bien connue :

Orandum est, ut sit mens sana in corpore sano – La dixième Satire de Juvénal

La traduction littérale est « il faut prier afin d’obtenir un esprit sain dans un corps sain ». Sans vouloir rentrer dans des considérations philosophiques, il ne faut pas prendre la notion de « prier » au sens actuel du terme.

Ici, ce qu’il faut retenir tient dans le fait que, déjà, il n’était pas concevable de séparer le corps et l’esprit, le sport du mental.

Cette maxime nous engage donc à cultiver aussi bien le moral que le physique, les études ou le travail que le sport.

Des pratiques différentes pour des résultats différents.

Que vous fassiez du sport de façon occasionnelle ou intensive, les résultats sur votre stress seront différents.

Sportifs occasionnels, un bon match, un entrainement intensif, un effort un peu poussé, vont vous permettre de libérer votre énergie, de vous défouler. Ces séances libèrent des hormones comme la dopamine, qui vous donne l’impression d’être moins fatiguée, ou l’endorphine et la sensation de bien-être qu’elle procure.

L’inconvénient, est que tout cela reste très limité dans le temps. Si vous rentrez avec l’impression de vous être lavé l’esprit, cette impression disparaît assez rapidement et le stress revient.

Par ailleurs, à moins de travailler dans une société liée au domaine du sport ou dans certaines société aux codes souples, difficile de reprendre l’entrainement au bureau, en pleine journée, quand la pression monte !

Sportifs habitué à la compétition ou même sportifs de haut niveau, vous savez que le stress, le trac, la peur et l’anxiété font partie du quotidien du compétiteur.

Dans le sport comme dans tous les domaines, la recherche de la performance et la prise de risque pour l’atteindre impliquent la peur sous différentes formes : la peur de l’échec, la peur de l’adversaire, la peur de la blessure ou du danger de la pratique même de votre sport (sports extrêmes, sports automobiles…).

Une peur à laquelle s’additionne la pression du club, de l’entraineur, de la famille et, pour les plus chanceux, du sponsor.

Sport et relaxation : la complémentarité.

Quelque soit votre profile, la sophrologie vient compléter la pratique d’un sport. Au travers de ses différentes techniques, elle apporte des compléments à chaque profil de sportif qui dépassent la simple pratique de la relaxation.

A tous, la sophrologie propose des outils de préparation mentale, de visualisation et de perception de son corps propres à développer la pratique sportive par l’acquisition du geste juste et des réflexes.

Au sportif qui n’est pas confronté à la compétition, la sophrologie permet d’acquérir des techniques utilisables dans la vie courante, à la maison ou au bureau. Elle permet de prolonger ou retrouver ces bienfaits du sports sur l’esprit mais n’en procure pas les aspects physiques.

Pour celui qui pratique le sport à haut niveau, la sophrologie comme la méditation, permettent de dépasser le talent et l’habileté technique en apportant une gestion efficace du stress et des émotions. C’est en le libérant de ces freins que le sportif peut donner tout son potentiel, rester concentré et motivé sur la pratique de son sport.

Sport et sophrologie sont donc complémentaires. Il n’est pas question de choisir mais bien d’associer. Comme nous l’avions vu dans un article précédent, la sophrologie est utilisée dans le domaine du sport depuis 1967 et les dernières compétitions internationales nous montrent que cela porte ses fruits.

Maintenant, si vous n’êtes pas sportifs… rassurez-vous, cela fonctionne aussi pour vous. Venez participer à une séance de groupe, vous le constaterez par vous même !