Temps de lecture : 4 minutes

Sensibilite-au-stress

La sensibilité au stress peut être définie comme votre capacité à résister ou, au contraire, à générer les manifestations d’un stress plus ou moins important en fonction d’une situation donnée.

Dans un premier temps, je vous propose donc d’évaluer cette sensibilité au stress en utilisant une petite grille très simple qui va vous permettre de vous situer sur une échelle de sensibilité au stress.

Par la suite, nous verrons que cette évaluation est assez subjective et je vous montrerai pourquoi.

Testez votre sensibilité au stress :

Le questionnaire suivant va vous proposer un certain nombre de situations. Pour chacune d’elles, je vais vous demander d’attribuer une note entre 1 et 3 en fonction du stress que l’idée de cette situation génère en vous ou, si vous préférez, de l’état de stress que cela provoquerait si vous étiez confronté à cette situation à l’instant.

Si cela ne vous stresse pas ou très moyennement, vous attribuez la note de 1. La note de 2 sera attribuée si la situation est génératrice d’un stress moyen alors que le 3 sera attribué aux situations à fort stress ou au mode « Panic ».

À vous de jouer :

SituationPoints
Vous ratez votre bus, votre train ou tout autre moyen de transport le matin.
Votre chef vous a laissé un message pour dire qu’il doit vous appeler, sans dire pourquoi.
Dans le cadre de votre travail, on vous attribue une nouvelle tâche.
Après le travail, vous devez encore aller faire les courses.
Vous vous disputez avec la personne qui partage votre vie.
Vous prenez conscience des responsabilités qui vous ont été confiées au travail.
Vous avez de graves problèmes financiers.
Vous pensez que vous ne faites pas assez bien votre travail.
Un recommandé du fisc vous attend à la poste.
Vous avez l’impression que vous couvez une bonne grippe.
Vous passez, en voiture, devant un accident de la route qui a fait des dégâts matériels.
Vous essayez de vous concentrer sur un travail important et urgent… mais le téléphone sonne !
Votre téléviseur rend l’âme en plein milieu du film ou de votre émission préférée.
La personne qui partage votre vie vient de perdre son emploi.
Il est tard, très tard… et votre préparation importante pour demain n’est pas encore commencée.
Vous remarquez qu’en ce moment, votre travail n’a pas vraiment la qualité que vous souhaitez.
Vous avez l’impression d’être mis en concurrence avec une autre personne.
Vous devez établir des priorités, mais vous n’arrivez pas à remettre quoi que ce soit à plus tard !
Vous vous réveillez la nuit et impossible de vous rendormir malgré votre fatigue.
Votre chef vous demande de faire des heures supplémentaires pour gérer un surplus de travail.
Vous voulez terminer un projet important qui demande beaucoup de temps, mais refusez de renoncer à vos loisirs.
Vous vous sentez prisonnier de l’idée et de l’image que votre entourage se fait de vous et de ce qu’il attend de vous.

Questionnaire issu de « En finir avec le stress » (R. Geisselhart, C. Hofmann – ed. EcoLibris)

 Évaluation des résultats : quelle est votre sensibilité au stress ?

Après avoir donné une note entre 1 et 3 à chaque situation en fonction du niveau de stress qu’elle provoque, faite le total. Nous allons découvrir dans quelle tranche de sensibilité au stress vous vous situez.

  • De 22 à 36 points : Quelle maîtrise ! Soit vous avez un don pour aborder toutes les situations de de la vie avec recul et pragmatisme, ce qui vous permet d’éviter les tensions inutiles, soit vous pratiquez déjà la relaxation pour en arriver à cette quasi-sérénité permanente. Bon, entre-deux, pensez à respirer et à vous changer les idées pour éviter que les batteries ne se vident trop rapidement.
  • De 37 à 51 points : Le stress est là, mais vous avez encore le contrôle, même si vous êtes très exigent vis-à-vis de vous. Si, jusque là tout va bien, pensez à vous aménager des pauses, personne ne tient éternellement de la sorte. Apprenez à prendre du recul, à lâcher-prise, pour réduire cette sensibilité au stress. Apprendre à vous connaître et à détecter les signes de gros stress peut également être intéressant.
  • De 52 à 56 points :  Il devient urgent de faire quelque chose contre cette hyper-sensibilité au stress, non ? Il va vous falloir apprendre à lâcher-prise et arrêter de vouloir toujours dépasser vos limites. Non, vous ne pouvez pas tout faire ni tout contrôler. Vous n’êtes pas responsable de tout et tout ne peut pas toujours être parfait.

Prenons un peu de recul :

Si ce petit test donne une vision assez claire de votre sensibilité au stress, il faut aussi savoir prendre un peu de recul par rapport à ses résultats.

La première chose est que nous sommes tout sauf égaux par rapport au stress. Si vous partagez (oui, oui, allez-y, envoyez-lui le lien !) ce questionnaire avec une personne de votre entourage et que vous lui demandez ses réponses, vous constaterez qu’elles sont assez différentes des vôtres. Les situations qui vous stressent ne sont pas celles des autres, nous avons tous notre propre sensibilité au stress. Il faut donc apprendre à se connaître soi ! C’est la première étape pour agir.

Seconde chose, et là aussi je vous encourage à faire le test même si c’est plus difficile que de partager cet article avec vos amis, les éléments qui vous stressent ne sont pas toujours les mêmes. Refaites ce test dans quelques jours ou quelques semaines, sans chercher à vous souvenir des réponses initiales… votre score sera différent.

Notre évaluation du stress dépend de très nombreux facteurs physiologiques et psychiques. Dormez mal ou ayez l’un de vos proches qui rencontre des problèmes de santé ou de travail… votre évaluation peut être totalement modifiée. De petites choses peuvent devenir des obstacles insurmontables.

La pratique régulière d’une activité de relaxation, comme la sophrologie, vous aide à réguler cette sensibilisation au stress. Le fait de prendre les quelques minutes nécessaires à la pratique de vos exercices, ou à méditer, permet de créer une rupture avec les situations génératrices de stress. Cette bulle de calme vous apporte le recul nécessaire à retrouver le calme et prendre les bonnes décisions, en toute sérénité et en accordant l’importance à ce qui en a vraiment.