Temps de lecture : 3 minutes

Trouver sa placeTrouver sa place, trouver qui nous sommes, mais aussi trouver où et comment être bien, être soi…

Voilà des sujets qui nous questionnent toutes et tous. En effet, que ce soit dans notre vie privée ou dans notre vie professionnelle (1), nous cherchons tous à trouver un équilibre, une position qui nous soit « confortable ».

Ainsi, une fois cette stabilité acquise, plusieurs choix s’offrent à nous. Par exemple, nous pouvons décider de faire une pause, de nous ressourcer.

Dans un autre ordre d’idée, cette stabilité peut être l’appui qui nous manquait pour rebondir, aller plus loin, avancer dans nos projets.

Je vous propose aujourd’hui de faire le parallèle entre cette recherche de stabilité et l’un des exercices les plus connus : le scan corporel, ou body scan.

Trouver sa place

Il y a un peu plus de 40.000 ans, un corps céleste est venu percuter la terre de plein fouet. Sous le choc, notre planète s’est inclinée de 23,25° et aurait certainement donné naissance à la lune.

Ce « coup de pouce » stellaire a eu une conséquence extraordinaire : le cycle des saisons. En trouvant sa place, la terre est entrée dans le processus merveilleux de l’alternance des saisons, le mouvement essentiel à la prolifération de la vie.

Dans un autre ordre d’idée, en passant du macrocosme au microcosme, la psychologie positive nous invite elle aussi à trouver notre place dans ce monde qui nous entoure.

Ainsi, François ROUSTANG, ancien psychanalyste devenu hypnothérapeute, nous dit dans son livre  » Il suffit d’un geste » (2) :

Installez-vous, prenez la place qui est la vôtre dans votre existence… et les problèmes seront résolus.

Pour lui, le principe selon lequel l’effort est nécessaire pour atteindre un but est faux. De surcroît, forcer sa nature ne peut que mener à l’échec.

Prendre sa place (re)trouver la position corporelle, n’est-ce pas là l’un des objectifs du body scan ?

Balayage corporel : au-delà de l’exercice.

Le balayage corporel, ou body scan, est l’un des exercices les plus utilisés. Que ce soit en sophrologie, en méditation ou au travers d’autres méthodes, il en existe de nombreuses versions. De même, vous trouverez des versions courtes, longues ou spécialement adaptées aux enfants.

Bref, c’est un basic. Une simple recherche dans les rayons bien-être de votre libraire ou sur un moteur de recherche vous permettra de trouver de nombreux textes qui vous permettront de le pratiquer. Toutefois, ce serait vous priver d’une partie de ses bénéfices.

En effet, le scan corporel est un merveilleux outil pour (ré)apprendre à découvrir son corps et les sensations qu’il procure. Il est un outil de méditation ou de relaxation. Toutefois, il ouvre également un espace, une opportunité qui n’est que rarement abordé et qui, lui, peut être source de bonheur bien au-delà de l’exercice.

Le flux et l’effort

Pour la découvrir, il faut revenir aux écrits de Gilles DELEUZE, et plus particulièrement à sa métaphore du surf, développée dans son livre « Pourparlers » (3).

Dans cette métaphore du surf, on trouve l’explication selon laquelle pour réussir, il ne faut pas être à l’origine de l’effort. Au contraire, comme avec le surf ou le deltaplane, il faut s’insérer dans l’onde, s’adapter à son environnement, trouver la vague, le courant.

Additionnez cela à la vision de ROUSTANG et le scan corporel prend une tout autre dimension. Cette exploration corporelle devient un outil pour nous permettre de trouver la position dans laquelle on se sent bien.

Et, si l’on se sent bien, c’est que l’on a renoncé à la lutte. Donc que notre esprit a cessé d’être occupé. Nous sommes dans une position d’attente.

Toutes les conditions sont réunies pour mieux percevoir votre environnement. Nous disposons de toute la puissance pour agir, pour passer à l’action, pour trouver la vague. Les changement sont possibles.

Trouver la forêt derrière l’arbre.

Comme nous venons de le voir, cet exercice n’est pas aussi anodin qu’il n’y paraît. Il en est beaucoup d’autres comme cela. Pourtant, en vous cantonnant à la lecture d’articles dans les magazines ou de livres, il y a de fortes chances que vous passiez à côté de toute leur puissance.

Bien sûr, vous pouvez parfaitement vivre sans ! Ce n’est pas une obligation… mais c’est un peu comme si vous vous contentiez d’une moitié d’orange et jetiez l’autre (remplacez l’orange pas du chocolat ou ce qui vous fait plaisir !).

Faire appel à un sophrologue est l’assurance de trouver le chemin plus rapidement, sans laisser de précieux enseignements sur le bord de la route.

Un chemin pour trouver sa place, pour savoir qui nous sommes, mais aussi où et comment être bien. Pour être soi.

 

Pour aller plus loin :

(1) Étude ViaVoice pour La Maison Bleue et le Le Figaro.

(2) Il suffit d’un geste – François Roustang – Editions Odile Jacob.

(3) Pourparlers – Gilles Deleuze – Éditions de Minuit