Temps de lecture : 5 minutes

LeGrandLivreHypnoseAutohypnoseL’hypnose et de l’autohypnose font partie des techniques qui ont fait leurs preuves en matière d’accompagnement pour maigrir, dormir ou simplement arrêter de stresser.

Pour nous en parler, j’ai eu le plaisir d’interviewer Jean-Jacques Garet qui vient de publier son second livre sur le sujet aux éditions Leduc.

Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore lu et qui se posent la question de la différence entre sophrologie et hypnose, je vous rappel notre article précédent : « Hypnose et sophrologie : soeurs ou cousines ?« 

 

Hypnose et de l’autohypnose

 

Bonjour jean Jacques, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

JJGARETJe suis né le 29 novembre 1953 à Paris, dans une famille de médecins : mon père était dermatologue, deux de mes oncles médecins et deux autres pharmaciens.

Mes parents avaient une vie sociale animée et plusieurs fois par semaine, les amis de mon père, généralement des médecins eux aussi, venaient dîner chez nous. La discussion portait, bien entendu, sur la santé. Ce qui a sûrement dû me donner une certaine idée d’un corps en bonne santé.

D’un naturel enthousiaste, je me suis rendu compte très jeune que lorsque je voulais quelque chose, le plus simple était de commencer, de continuer et qu’à un certain moment les choses se mettaient à devenir plus faciles. La chance intervenait et j’obtenais le résultat. Mon problème : entreprendre très souvent sans avoir réellement pensé aux conséquences. J’allais vite et dans la mauvaise direction.

Aujourd’hui, après 25 ans à ne pratiquer que l’hypnose à Nice et à Paris, je réoriente mon activité. J’anime des conférences, je mets sur pied des séances de groupe, pour maigrir ou retrouver un sommeil utile et agréable, mais surtout, je développe une approche de l’autohypnose dont je me sers dans les livres : Manoir VALANCE.

Depuis quand et comment êtes-vous arrivé à exercer l’hypnose ? Quel a été votre cursus ?

Je pense que si je n’étais pas prédestiné à être hypnotiseur, je ne le suis pas non plus devenu par une décision consciente. Une sorte de fatalité m’a conduit là où je suis aujourd’hui et a fait qui je suis.

L’événement qui a vraiment marqué ma vie est arrivé vers mes 40 ans. J’étais en Irlande et pour des raisons familiales dramatiques, j’ai, en quelques instants, sombré dans la dépression.

Après un certain temps, j’ai réalisé la situation et pris la décision de sortir de cet état. J’ai vraiment tout essayé : les psychiatres, les médicaments, la Guinness, les médecines douces… jusqu’au jour où j’ai assisté à une conférence sur l’hypnose.

J’ai demandé à Paul Goldin, le conférencier, de me soigner puis de m’initier. À cette époque, il était connu en Irlande pour l’amincissement, l’arrêt du tabac et l’anxiété. Il était très célèbre depuis une vingtaine d’années aux États-Unis et en Angleterre dans les shows sur l’hypnose.

J’ai passé une année à le regarder faire, à lire les livres qu’il me conseillait, à l’accompagner lorsqu’il organisait des séances de groupe… Puis, un jour, il décida que je savais.

Pour l’expérience, je devais commencer par des spectacles d’hypnose, pire, je devais commencer par les pubs, et les pubs en Irlande… Puis sont arrivés les vrais spectacles dans des casinos et j’ai enchaîné mes premières conférences, d’abord sur le cerveau, puis sur l’hypnose. Et un jour, j’ai reçu ma première patiente.

L’hypnose est un peu comme un art ou un artisanat, on peut apprendre à peindre, à composer un tableau, mais c’est réellement la personnalité et l’expérience qui font le tableau.

J’avais appris l’hypnose, mais il m’a fallu environ deux années pour connaître vraiment les techniques, m’y habituer, puis savoir comment les assembler pour obtenir des résultats qui tiennent dans la durée.

Venant d’où je venais et avec qui j’avais appris, je me suis spécialisé dans la perte de poids, les troubles du sommeil et la motivation.

Depuis, je pratique l’hypnose à plein temps, c’est mon seul métier ! et comme tout métier, surtout quand on aime ce que l’on fait, on améliore ses techniques client après client !

C’est pour cela que maintenant, j’écris des livres et que je veux faire des conférences et des séances de groupe ! j’ai suffisamment d’expériences et à 65 ans, il est temps de transmettre !

Vous venez de publier votre second livre. Comme dans le premier, la thématique de la perte de poids est au centre de cet ouvrage. Qu’est-ce qui vous attire dans ce domaine ?

Quand je vous parle de ce qui m’est arrivé en Irlande et comment j’ai appris l’hypnose, j’ai oublié de préciser que pour 1m70, je pesais à l’époque 125 kilos et que j’étais devenu insomniaque !

C’est donc aussi de ça que Paul Goldin m’a débarrassé : de 45 kilos superflus ! Je connais, pour l’avoir vécu, et le problème et la solution pour l’avoir pratiqué !

D’autre part, l’hypnose ne sert à rien en tant que tel ! Elle n’est qu’une technique qui doit avoir un but et j’aime aider une personne à perdre du poids parce que cela change aussi toute sa vie : comment elle se regard dans le miroir, ses conversations, le respect qu’elle a pour son corps, sa façon de recevoir des amis, sa vie sportive, sexuelle, intellectuelle…

La seule bonne raison de maigrir est de s’aimer, et j’aime apprendre aux gens à s’aimer !

Sans réécrire votre livre, pouvez-vous nous expliquer la démarche et en quoi l’hypnose est une aide précieuse à la perte de poids ?

Pour beaucoup de gens, perdre du poids, c’est manger moins ! Si c’était si facile, cela se saurait, tout le monde serait mince et pas en train de chercher la méthode miracle qui n’existe pas !

  • Ce qui déclenche la prise de poids est souvent d’ordre psychologique.
  • Ce qui fait réellement grossir est d’ordre chimique et mécanique.
  • Ce qui fait maigrir est un cocktail des trois pris au bon moment.

L’information la plus importante est que votre corps est une machine intelligente, il ne fait rien sans raison et s’organise toujours pour faire au mieux avec ce que vous lui faites !

Si vous avez des kilos en trop, c’est que vous avez vraiment tout fait pour les avoir, peut-être pas volontairement, mais vous en êtes la source.

Il faut considérer le corps/cerveau sous trois différents aspects : la chaîne des réactions chimiques de ce que vous mettez dans votre bouche, les différents moyens mécaniques qui permettent d’amener ce que vous mettez dans votre bouche jusqu’à vos cellules ou dans les toilettes et enfin les raisons psychologiques qui vous font mettre des choses dans votre bouche.

L’hypnose me permet d’installer progressivement de nouveaux réflexes qui, avec le temps, vont se transformer en automatisme et créer une nouvelle vie.

2 kilos de moins par mois, c’est souvent long, il faut donc savoir garder aussi la motivation !

Vous traitez également du sommeil dans ce livre. Pouvez-vous nous en parler ?

Le sommeil est un automatisme dont nous avons tous appris bébé, les mamans le savent !

Quand vous dormez mal, que ce soit des problèmes d’endormissement, de réveil vers 3 heures du matin ou de réveils fatigués, c’est que votre automatisme s’est déréglé et qu’il faut en installer un neuf, adapté à votre nouvelle vie.

Votre cerveau ne sait pas désapprendre, essayez d’imaginer désapprendre le français !

Inutile donc de transformer quelque chose qui ne marche pas en quelque chose qui marche, c’est long et souvent voué à l’échec. Il faut installer du neuf.

Il faut commencer par comprendre à quoi sert le sommeil : nettoyage des muscles et rangement des informations dans le cerveau.

Puis mettre en place les réponses : s’endormir physiquement détendu et programmer le travail du cerveau pour qu’il soit occupé toute la nuit, puis anticiper les changements que de bonnes nuits de sommeil vont provoquer dans votre nouvelle vie, et enfin rendre tout cela automatique. Il faut environ un mois pour apprendre à dormir !

Merci Jean-Jacques !

Je pense que vous avez éveillé pas mal de curiosité autour de manoir VALENCE. Ce sera peut-être l’occasion de nous préparer un article dans quelques temps ?

Je vous rappel le titre de ce livre : Le grand livre de l’hypnose et de l’autohypnose pour maigrir, dormir, arrêter de stresser, par Jean-Jacques GARET, aux éditions Leduc.

D’autres informations sont également disponibles directement sur son site Web.