Temps de lecture : 3 minutes

écran enfant sommeilLes écrans se font chaque jour plus nombreux et plus présents dans la vie de nos enfants, avec des avantages et inconvénients.

Il y a quelques années, notre souci était de les éloigner de la télévision, puis des consoles de jeux. Aujourd’hui, les ordinateurs, smartphones et tablettes viennent encore renforcer cette cohorte.

Nous pourrions nous en réjouir, car ce sont, en théorie, autant de portes vers la culture, la découverte et la communication au monde.

Malheureusement, non seulement ces promesses sont trop rarement tenues, mais il s’avère que ces écrans influent négativement sur le sommeil de nos enfants.

Les études le prouvent, les spécialistes nous expliquent comment agir, mais nous restons souvent désemparés quand il nous faut passer à la pratique. Vouloir les bannir définitivement n’est pas raisonnable.

Dans ces conditions, comment accompagner nos enfants dans une utilisation raisonnée de ces écrans et les aider à retrouver le sommeil ?

Écrans bleus de nos nuits blanches

De nombreuses études menées ces dernières années ont permises de découvrir que tous ces écrans qui envahissent notre quotidien émettent une lumière aux caractéristiques particulières.

En effet, la plupart des écrans récents utilisent une technologie LED. Cette technologie LED produit une lumière bleue qui a la particularité d’activer cent fois plus les récepteurs photosensibles de la rétine.

Or, ces récepteurs servent à synchroniser le cerveau avec son environnement et sont à l’origine de la production de mélatonine, l’hormone qui contribue au sommeil.

Dans ces conditions, une exposition trop importante aux écrans provoque un retard puis une désynchronisation de l’horloge qui gère les cycles du sommeil.

Ainsi donc, si l’on connaissait les effets de l’abus de télévision sur le surpoids, le développement de la motricité et la concentration, on sait aujourd’hui que les écrans perturbent également le sommeil de nos enfants. Et cela de façon durable.

Éduquer plutôt qu’interdire

Toutes les techniques de relaxation pour enfants, les exercices d’induction au sommeil ou autres techniques ne peuvent lutter contre les effets de la lumière LED

Pour de multiples raisons, il semble difficile d’interdire complètement l’utilisation d’écrans à nos enfants. Au contraire, il est beaucoup plus utile de leur apprendre à s’en servir… mais aussi à s’en passer. Et c’est probablement ce second volet le plus difficile.

En premier lieu, il nous revient donc, à nous parents, d’adapter l’usage de ces écrans à nos enfants. Pour cela il existe différentes approches, comme celle proposée par Serge Tisseron (docteur en psychologie et chercheur associé à l’Université Paris VII Denis Diderot).

3-6-9-12 © app-enfant.fr

Cette approche s’articule sur les 4 grandes étapes du développement de nos enfants qui apparaissent à 3, 6, 9 et 12 ans. Pour chacune de ces phases, nous disposons ainsi de repères sur l’utilisation recommandée des écrans.

Dans ces conditions, il devient plus facile, pour nous adultes de construire une progression. Néanmoins, dès 6 ans, il reste une question importante à résoudre : comment accompagner nos enfants dans cette autonomie progressive ?

À cette question importante peut également s’en substituer une seconde : comment accompagner mon enfant vers une utilisation raisonnée de la télévision ?

Du bon usage des écrans pour retrouver le sommeil

faire bon usage des écrans - biovivaSi, comme beaucoup de parents, vous vous posez ces questions ou que vos précédentes tentatives ont échouées, alors jeter un œil sur : « J’aide mon enfant à faire bon usage des écrans ». Ce dernier coffret de chez nos amis de Bioviva est entièrement dédié à ce sujet.

En effet, il a été conçu autour des travaux de Serge Tisseron. C’est pourquoi il répond à toutes ces questions que peuvent se poser les parents sur la mise en œuvre de celle-ci.

Dans un premier temps, il vous donnera les clés pour mettre en place, avec votre enfant, de nouvelles habitudes d’utilisation de ces écrans.

Sans vouloir tout dévoiler, les activités proposées reposent sur l’échange, le dialogue et l’explication.

Ensuite, d’autres activités vous proposent de travailler sur la réflexion autour de ce qui est vu. Nous passons ainsi d’une absorption, d’une ingurgitation massive d’images à une analyse, à la construction de l’esprit de raisonnement et de critique.

Enfin, une utilisation alternative des écrans, comme point de départ à des activités créatives, est proposée : bricolage, création de ses propres vidéos, chasse au trésor…

Le petit livret qui, comme à l’accoutumée, accompagne ce coffret regorge de liens pour choisir les contenus, trouver des idées ou des outils. Une véritable mine d’or.

Les limites de nos pratiques

Cet article dans lequel la sophrologie ou la relaxation sont quasiment absentes vous aura peut-être interrogé. Je vous rassure, non, je n’ai toujours aucune action dans quelque société que ce soit. Je souhaitais simplement rappeler que nous ne sommes pas des faiseurs de miracles. Dans certains cas, tous nos efforts sont vains pour lutter contre des phénomènes physiologiques.

À l’opposé, comme parent, un simple changement d’habitudes, de mode vie, une reprise en main permet éliminer facilement la source de certains maux. Maintenant, vous disposez de toutes les informations pour rendre un sommeil réparateur à vos enfants.