Temps de lecture : 3 minutes

Les vertus de l'échecLes vertus de l’échec n’est pas, à première vue, un livre en rapport avec la sophrologie, de relaxation ou méditation, et pourtant !

Après avoir fait une incursion dans la BD avec les excellents opus de « Platon Lagaffe » et les deux volumes de « La Planète des Sages », Charles Pépin, écrivain et philosophe, revient avec ce livre qui remet en cause notre vision de l’échec.

J’ai éprouvé tellement d’intérêt et de plaisir à lire, ou plutôt à dévorer, les 218 pages de ce livre, que j’ai décidé de le mettre à l’honneur pour cette chronique mensuelle.

Les vertus de l’échec

Je force un peu le trait quand je dis que ce livre ne semble pas avoir de rapports évidents avec la sophrologie. Dans les faits, l’échec est omniprésent.

En effet, une grande partie maux contre lesquels nous vous aidons à lutter est liée à l’échec. Que ce soit la confiance en soi, l’image de soi, le stress, la parentalité, les addictions, la préparation mentale : l’ombre de l’échec est toujours présente. L’échec sous toutes ses formes est, soit à l’origine, soit la conséquence qu’il faut apprendre à dépasser, ou encore le résultat à éviter !

Par ailleurs, nous le constatons presque chaque jour, la peur de l’échec est omniprésente dans nos vies. Mais, nous n’avons pas peur de l’échec pour lui-même et de ses éventuelles conséquences.

En effet, c’est l’image, l’étiquette que cet échec nous colle que nous redoutons. Nous subissons nos échecs et ils nous handicapent dans notre vie sociale.

Cette réalité est d’autant plus incompréhensible qu’elle est typiquement franco-française. En lisant ce livre, vous découvrirez que la quasi-totalité des autres cultures considère l’échec comme une chose positive.

À l’inverse, pour de nombreuses cultures à travers le monde, rencontrer l’échec est naturel et positif. Échouer, c’est la preuve que l’on a eu l’audace d’essayer.

Présentation par l’éditeur

Et si nous changions de regard sur l’échec ?

En France, échouer est mal perçu. Nous y voyons une faiblesse, une faute, et non un gage d’audace et d’expérience.

Pourtant, les succès viennent rarement sans accroc. Charles de Gaulle, Rafael Nadal, Steve Jobs, Thomas Edison, J.K. Rowling ou Barbara ont tous essuyé des revers cuisants avant de s’accomplir.

Relisant leurs parcours et de nombreux autres à la lumière de Marc-Aurèle, Saint Paul, Nietzsche, Freud, Bachelard ou Sartre, cet essai nous apprend à réussir nos échecs. Il nous montre comment chaque épreuve, parce qu’elle nous confronte au réel ou à notre désir profond, peut nous rendre plus lucide, plus combatif, plus vivant.

Un petit traité de sagesse qui nous met sur la voie d’une authentique réussite.

Pourquoi j’ai aimé ce livre ?

J’ai beaucoup aimé ce livre et j’ai voulu le partager avec vous, car il grand temps de changer notre façon d’appréhender l’échec.

En effet, notre système scolaire, l’éducation que nous donnons à nos enfants, les relations hiérarchiques sont autant de domaines dans lesquels il est temps de changer les choses.

Pour cela, il faut réussir à changer notre vision, à comprendre les erreurs qui nous sont enseignées depuis toujours pour arrêter de les répéter.

Par ailleurs, c’est un petit livre facile à lire, mais aussi très bien documenté. Aucun des grands penseurs ou philosophes n’a écrit ouvertement sur l’échec. Charles Pépin a réussi le tour de force de faire une synthèse de ces bribes de pensées. Il nous propose une réflexion structurée et éclairante qui nous montre à quel point nous sommes dans l’erreur.

Pour conclure, je dirais que ce livre est à l’erreur ce que le point de bascule est au changement : un déclencheur qui permet de passer à l’action positive.

Références

Broché: 256 pages
Editeur : Allary (22 septembre 2016)
Langue : Français
ISBN-10: 2370730129

Le livre

Les vertus de l’échec : Et si nous changions de regard sur l’échec ? – Charles PÉPIN