fbpx

Méditation en entreprise : une pratique laïque et ouverte

L’introduction de la relaxation ou de la méditation en entreprise soulève des questions bien naturelles pour qui n’a pas encore une vision précise des  méthodes et objectifs liées à ces pratiques.

L’une des questions récurrentes soulevées par la proposition d’introduire la relaxation ou la méditation en entreprise reste celle du rapport entre ces pratiques et une religion ou une philosophie.

Cette question, qui nous ramène aux problèmes de liberté de culte, mais également à la prévention de dérives sectaires, est essentielle au sein de nos entreprises. Il me paraissait donc important de revenir sur ce point.

Retour sur une définition.

Afin de faciliter la lecture du reste de cet article, je ne ferai pas de distinguo entre relaxation et méditation en entreprise, la relaxation étant, de toute façon, indissociable de la méditation. Elle fait partie du processus global et en partage la finalité.

J’utiliserai donc le terme unique de méditation, même si ce dernier a de plus en plus tendance à disparaître dans le milieu professionnel. En effet, pour éviter ce problème de connotation religieuse, le terme de méditation en entreprise est, de plus en plus souvent, remplacé par le concept anglo-saxon de « Mindfulness ». Substitut jugé plus politiquement correct, mais qui n’éclaire pas pour autant sur son contenu.

Alors, qu’est-ce que la méditation, quel est son apport en entreprise ? Pour ne pas recopier l’article de présentation de la méditation de pleine conscience, je citerai un passage du dernier ouvrage de Sébastien Henry qui définit assez clairement ce que doit être la méditation en entreprise :

« Elle

[la méditation en entreprise] consiste à porter son attention sur le moment présent […] ce qui permet de se mettre en position d’observateur de son fonctionnement mental ». (1)

Une autre définition très pertinente de la méditation nous est proposée par Fabrice Midal (2) qui la présente comme un « effort d’attention au moment présent, conscient, délibéré et désintéressé ».

C’est donc un entraînement de l’esprit, qui peut et doit être abordé de façon totalement indépendante de toute connotation religieuse ou spirituelle.

Objectifs de la méditation en entreprise.

La pratique de la méditation en entreprise doit être vue comme une réponse possible à l’affirmation de Peter Drucker :

« Vous ne pouvez pas manager les autres sans savoir vous gérer vous-même » (3).

Mais, que les choses soient claires, nous parlons bien de se gérer de façon active et positive. Il n’est pas question d’utiliser la méditation en entreprise pour vous amener à état contemplatif ou résigné, mais de vous ouvrir à un nouveau point de vue, dépassionné et efficace. La méditation en entreprise permet à chacun de se recentrer sur ce qui est réellement important, évitant ainsi le stress inutile et les frustrations pour donner le meilleur de soi.

La méditation permet également au manager de réfléchir à son rôle et à la place de son ego dans l’exercice de ses fonctions. Cette réflexion a pour objectif de développer un leadership plus inspirant, guidé par la créativité et une connaissance plus fine de soi et des autres, qui aide à une prise de décision plus rapide et efficace.

Ce sont ces objectifs concrets et pragmatiques qui ont amené à la méditation les 60 décideurs ou chefs d’entreprise, comme le chef Thierry Marx, interrogés par Sébastien Henry.

Dans un prochain article, je vous présenterai un extrait des travaux de Jeremy Hunter ( professeur à la Peter F. Drucker Graduate School of Management au sein de la Graduate University de Claremont, USA). Ce sera l’occasion de comprendre les applications concrètes de la méditation en entreprise au travers de situations professionnelles que nous rencontrons tous.

Et la spiritualité ?

Difficile de faire l’impasse totale sur le sujet. Vous l’aurez compris, si la méditation en entreprise doit avoir une approche totalement neutre, il reste possible à chacun de choisir de poursuivre ou non cette approche, ce mode de pensée, sur le terrain de la  religion.

Le bouddhisme et ses variantes issues des différentes cultures asiatiques seront probablement la première option qui vous viendra à l’esprit. Pourtant, comme le montre très bien Sébastien Henry dans son ouvrage, la méditation est présente dans notre culture occidentale depuis l’antiquité grecque avec la naissance de la philosophie qui inclut une méditation sur le bien et le beau, le sens de la vie, et le bonheur. Nous retrouvons également cette pratique, dans d’autres formes et sous d’autres noms, dans la quasi-totalité des religions établies.

Pour autant, ce choix de l’expérience religieuse est un choix personnel. Il ouvrira à d’autres formes de méditation qui seront de nouvelles expériences complémentaires, de nouveaux exercices susceptibles de renforcer l’attention au moment présent, conscient, délibéré et désintéressé, bref de renforcer les aptitudes que requière la méditation en entreprise.

Bibliographie :

  1. Ces décideurs qui méditent et s’engagent – Un pont entre sagesse et business – Sébastien Henry
  2. Pratique de la méditation (Livre + Livre audio) – Fabrice Midal
  3. The Drucker Lectures: Essential Lessons on Management, Society and Economy – Peter Drucker
Par |2018-08-02T08:39:42+00:0008/09/2014|Entreprise, Méditation|

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le :

2 Comments

  1. roussel 27 janvier 2015 à 16 h 22 min

    Bonsoir Sabine, à mon sens et d’après mes lectures, la méditation pleine conscience de mène pas à un état modifié de conscience, comme peuvent le faire la sophrologie et la relaxation… qu’en pensez-vous ? http://frhconseil.fr/blog/?p=645

    • SPernet 27 janvier 2015 à 17 h 55 min

      Florence,

      Un état modifié de conscience se définit comme « une situation de l’esprit différente de l’état de conscience habituel et différente de l’état de rêves ». Pour Fernand Schwarz, l’état modifié de conscience n’est «qu’un moyen pour changer de plan de réalité, il est un outil et pas un état spirituel».

      Dans cette optique, je pense que oui, la méditation de pleine conscience peut amener à un état « modifié » de conscience. En effet, elle permet de modifier un état habituel centré quasi exclusivement sur le « faire » pour amener à un état où « l’être » reprend son importance. Un nouvel état dans lequel il devient possible d’être «ici et maintenant», à agir en conscience plustôt qu’en pilote automatique.

Les commentaires sont fermés.

X