Sophrologue Béthune – La Bassée

Neuroplanète : pourquoi vous n’échapperez pas à la méditation – Le Point

Intervenant lors du forum organisé par « Le Point », Fabrice Midal, éminent spécialiste de la méditation, explique la popularité croissante de cette pratique.

Ce sera l’un des temps forts du forum Neuroplanète organisé par Le Point les 7 et 8 octobre prochains à Nice et intitulé « les nouvelles aventures du cerveau ». Fabrice Midal, l’un des plus éminents spécialistes de la méditation dans l’Hexagone, y animera un atelier-conférence*. Ce philosophe a créé l’École occidentale de la méditation et organise à Paris des « journées pour apprendre à méditer », un véritable rendez-vous pour tous ceux qui désirent découvrir cette pratique.

LIRE aussi Les pouvoirs de la méditation

La méditation n’en finit plus de se développer : « Elle entre désormais dans les écoles, les hôpitaux, les entreprises et la vie de chacun », explique Fabrice Midal. Le philosophe s’oppose à la profusion « parfois folklorique ou commerciale » des conseils et des techniques si nombreux sur la Toile. Il leur oppose une approche « étudiée scientifiquement », le « mindfulness », qui consiste à « faire attention au moment présent tel qu’il est, sans atteindre un état quelconque ». Il s’est confié au Point.fr.

Le philosophe Fabrice Midal. © DR

Le Point.fr : Comment expliquer la popularité de la méditation ?

Fabrice Midal : Ce succès est dû en premier lieu aux nombreuses recherches scientifiques qui ont démontré les bienfaits de la méditation sur la santé, le ralentissement du vieillissement ou encore le bien-être. Cette approche expérimentale a libéré la méditation du domaine ésotérique ou mystérieux auquel elle était associée. Elle apparaît à présent comme une pratique simple et compréhensible, même aux plus rationnels d’entre nous.

L’enseignement, notamment celui que vous prodiguez, est-il aussi un facteur de son actuelle renommée ?

Oui, d’autant que l’enseignement a beaucoup évolué. Il a d’abord permis de laïciser la méditation et d’améliorer la perception que nous en avons. En vingt ans, la manière dont nous transmettons la méditation s’est beaucoup transformée et enrichie, en offrant une compréhension plus fine de l’esprit, en réhabilitant la place du corps ou encore la nécessité de la bienveillance… Pour moi, enseigner la méditation passe également par l’examen de ce qui est méditatif dans notre culture occidentale, ce que j’explique dans mon livre Comment la philosophie peut nous sauver (Pocket).

Retrouvez la suite de l’entretient sur : Neuroplanète : pourquoi vous n’échapperez pas à la méditation – Le Point

Exit mobile version