fbpx

Observer sans jugement : s’ouvrir aux autres et à soi même.

jugement« Observer sans évaluer est la plus haute forme de l’intelligence humaine ».

Si, en lisant cette phrase du philosophe et essayiste indien Jiddu Krishnamurti, médaillé de la Paix par l’ONU en 1984, vous avez pensé qu’elle était stupide ou merveilleuse… vous venez de porter un jugement sans vous en rendre compte.

Cet automatisme est bien souvent source de conflits internes et externes. Observer sans jugement est une première étape importante pour s’ouvrir aux autres et à soi même.

L’origine du problème

Nous nous sommes construit tel que nous sommes, au fil du temps, par notre éducation, notre environnement et les modèles que nous souhaitions reproduire.

Il est très rare que nous ayons réussi à exclure de ce processus les stéréotypes, les idées fausses ou tous ces éléments qui donnent à notre vision (jugement) des choses, situations et personnes, un aspect bien différent de la réalité observée de façon neutre.

Le problème est que nous portons trop souvent sur ceux qui nous entourent, comme sur nous même, un jugement ou une critique.  Cette réaction est devenue tellement naturelle et inscrite dans notre façon d’être qu’elle passe totalement inaperçue.

De façon inconsciente et automatique nous analysons et jugeons la façon de faire ou d’être de ceux qui nous entourent. Pire, nous construisons des certitudes sur ce qu’ils pensent ou vont penser de nous et de nos actes.

Pourquoi observer sans jugement ?

Cette différence entre ce que nous pensons être, sur la base de notre jugement, et la réalité observée de façon « neutre »a fatalement des conséquences. La première de ces conséquences, au delà de freiner toute possibilité d’ouverture, a déjà été largement discutée sur ce blog : le stress.

Nous avons vu, dans le billet sur le burn-out, que le stress est « un état psychologique issu de la perception d’un déséquilibre entre les attentes perçues et l’auto-évaluation de ses propres capacités à rencontrer les exigences de la tâche » (Jacques Larue).

C’est donc le jugement que nous portons pour évaluer les exigences de la tâche, comme le jugement que nous portons sur notre travail ou sur le retour que l’on nous en fait, qui va créer ce stress.

C’est également le jugement que nous portons sur nos capacités à réaliser quelque chose, sur notre apparence physique ou sur ce que nous pensons être la vision de l’autre qui influe sur la capacité de développer notre confiance en nous.

Quand ce jugement s’exerce sur nos proches et nos enfants, il contribue, comme cela a été le cas pour vous-même, à construire de nouveaux stéréotypes et idées fausses qui serviront de modèles et influenceront la confiance en lui que votre enfant pourra développer.

Comment faire ?

La question n’est pas facile tellement le jugement fait partie intégrante de nous même et de notre façon de nous exprimer. La première étape pourrait être d’apprendre progressivement à reconnaître le jugement de l’observation.

Pour connaître l’ampleur du travail à réaliser, je vous propose de faire le point avec les 12 questions suivantes

Observer sans jugement

Pour chaque question, vous devrez déterminer si la phrase proposée représente une observation ou un jugement.

Le résultat est très facile à analyser : plus votre score est élevé, plus vous avez des problèmes pour différencier observation et jugement.

Par conséquent, il va vous falloir apprendre progressivement à remplacer ces jugements par des descriptions et des observations circonstanciées. La méditation de pleine conscience et la communication non violente (CNV) sont deux disciplines qui peuvent également vous aider dans cette démarche.

En travaillant de la sorte sur vous-même, vous vous rendrez rapidement compte que les choses et les personnes autour de vous ne sont pas si oppressantes ou toxiques. Qu’une grande partie du stress provenait de votre propre jugement.

Cette approche favorise également l’échange et la confiance mutuelle. En vous rendant la vie plus agréable, vous rendez aussi plus belle la vie de ceux qui vous sont proches.

Par |2018-04-29T14:10:20+00:0003/02/2014|Méditation, Tests|

4 Comments

  1. Prophetie Andes 17 mars 2014 à 22 h 48 min

    Merci pour cet article 🙂

    • SPernet 18 mars 2014 à 11 h 09 min

      Merci à vous d’avoir pris le temps de le lire et de partager votre avis !

  2. Zeineb Snoussi 10 février 2014 à 6 h 32 min

    Pour ma part, je ressens que ces jugements qui nous traversent la tête tous les jours, nous empêche de simplement vivre le moment présent, le bonheur permanent… Si nous entrons en relation avec tous nos préjugés et expériences passées, nous ne nous laissons même pas la possibilité à l’autre de nous montrer sa propre nature, tout est bloqué dès le premier regard, celui qui amène tout de suite le premier jugement. Laissons-nous le temps de la découverte ! Apprécions cela et restons connecté au moment présent, accepter et lâcher prise…….

Les commentaires sont fermés.

X