Métier de sophrologue en 2019 A quoi ressemble le métier de sophrologue ?

Qui sommes-nous ?

Quelles sont nos formations ?

Où travaillons-nous et sous quelle forme ?

Quelles sont nos activités, nos tarifs… et surtout nos revenus en 2019 ?

Pour cette 5e année d’enquête sur le métier de sophrologue, vous n’avez jamais été aussi nombreux à participer.

En effet, ce ne sont pas moins de 549 sophrologues, issus de toutes les formations et en exercice depuis plus d’une année, qui se sont mobilisés.

Mises en garde

Comme tous les ans, cette « photographie » de notre métier de sophrologue s’accompagne de mises en garde.

Si certaines écoles annoncent fièrement le nombre d’élèves sophrologues formés, nous sommes incapables de donner un chiffre exact du nombre de sophrologues en exercice. Par conséquent, l’image du métier de sophrologue donnée par cette étude n’est que celle donnée par les 549 volontaires… contre plusieurs milliers formés.

De même, pour être représentatif sur la question des revenus, le sophrologue rentrant dans cet échantillon doit avoir au moins un exercice fiscal plein. Ce contrôle a été mis en place sur le questionnaire… mais cela réduit encore la population concernée.

De surcroît, vous découvrirez dans les résultats de cette enquête que nombre de sophrologues ne le sont qu’à temps partiel, ou que cette activité n’est pas l’activité unique… voir les deux cas de figure en même temps !

Pour ces raisons, je vous invite à ne pas prendre ces chiffres comme des données scientifiquement établies. Même si certains sondages d’opinion publiés par la presse sont parfois réalisés sur des échantillons inférieurs !

Toutefois, ces chiffres ont le mérite d’exister et de dresser une image, même partielle, de notre profession. En dépit des critiques et remises en causes, ils permettent également d’établir une tendance basée sur les dernières années.

À chacun de les interpréter à sa façon.

Le métier de sophrologue en résumé

Les 9 pages du document mis à votre disposition regorgent de chiffres et d’informations sur le métier de sophrologue. En voici les principales.

Qui sommes-nous ?

La population semble rester relativement stable. Nous sommes majoritairement des femmes de plus de 40 ans.

En dépit des débats qui enflamment régulièrement les différents groupes Facebook, les formation longues (plus d’un an) et en présentiel sont toujours très majoritaires.

Cette année, on peut noter un léger recul sur l’intérêt que vous portez à cette inscription de votre diplôme au RNCP. De 78,25% en 2018, vous êtes 74,6% à trouver cette inscription au RNCP utile.

Comment travaillons-nous ?

Cette année nous sommes à l‘équilibre parfait entre mi-temps et à temps plein.

Pour les sophrologues travaillant à mi-temps, ce sont 2 ou 3 jours qui sont consacré à cette profession. Le reste du temps, ils exercent une autre profession salariée, principalement dans le secteur privé.

Métier de sophrologues : quelles activités

De plus, que ce soit à temps partiel ou temps complet, nous sommes de nouveau 49,21% à ne proposer que la sophrologie (41,61% en 2018,  58,17% en 2017). De très nombreuses activités complètent toujours notre offre, au premier rang desquelles l’hypnose.

Le statut d’auto-entrepreneur reste très majoritaire, ce qui semble logique au regard du nombre de personnes exerçant le métier de sophrologue à temps partiel.

Nous continuons à abandonner progressivement les villes moyennes pour nous concentrer sur les petites villes et villages. Recherche d’une nouvelle clientèle ou d’une qualité de vie, toutes les interprétations sont possibles.

Nous sommes toujours moins nombreux à posséder un cabinet. Même les cabinets installés à domicile sont en recul.

Comme en 2018 nous sommes 32,57% à partager le cabinet d’un professionnel de santé et 24,88% sont en maison médicale ou paramédicale.

Un point de vigilance : nous sommes toujours 27,2% à ne pas savoir si nos cabinets sont aux normes de sécurité obligatoires pour les établissements recevant du public (ERP). Pour rappel, nos cabinets, quand ils ne sont pas intégrés à nos domiciles, sont considérés comme des ERP de catégorie 5. En cas d’incident, si vous n’êtes pas aux normes, vous risquez une très forte amende et même une fermeture administrative.

Activités et tarifs

Notre métier de sophrologue reste centré sur 3 grands pôles que sont:

  • Les séances individuelles
  • Les groupes de relaxation
  • L’entreprise

Cette année, nous assistons à une consolidation des tarifs de nos séances individuelles dans la zone des 40 à 60€. Nous sommes moins d’un quart à recevoir plus de 3 clients par jour. La très grande majorité n’en reçoit qu’un à deux. Le temps moyen de consultation est compris entre 1h et 1h 15.

Pour les tarifs de groupe, cette augmentation est moins nette. Les tarifs se regroupent sur les tranches médianes.

77,8% des participants déclarent proposer leurs services aux entreprises. Mais 26% ne décrochent aucun contrat.

Ces interventions consistent très majoritairement à animer des groupes de relaxation. En suite, on nous sollicite pour des interventions ponctuelles sur des sujets ciblés (stress, sommeil…) ou des formations courtes sur ces mêmes sujets. Cette année, nous sommes en mesure de vous révéler le taux horaire moyen pratiqué lors de ces interventions. Vous le retrouverez en page 8 de l’étude.

Concernant l’aspect spécifique de la formation, les sophrologues qui interviennent en entreprise sont 12% à disposer d’un agrément de formation (contre 14,76 en 2018). 16,% utilisent l’agrément d’une société tiers, comme une société de portage.

Pour finir, si 69,6% n’ont tout simplement jamais eu de demandes sur ce sujet, ce chiffre est en légère baisse. Il était de 71,3% en 2017.

Revenus

Évolution des revenus sophrologues sur 4 ans Sur l’ensemble de l’exercice, on note une certaine stabilité par rapport à l’année dernière. Le nombre de sophrologues ayant réussi à se dégager l’équivalent d’un SMIC horaire sur la totalité de l’exercice reste très faible, (18%), mais stable.

Sur les 6 derniers mois, on commence à voir une légère hausse de 1,43% des revenus. Hausse qui s’annule sur le dernier trimestre puisque nous perdons 8,11% par rapport à l’année dernière.

Pour perturber encore cette analyse, le ressenti sur la progression de nos CA reste identique à l’année dernière : stable, avec une tendance à la hausse.

Le métier de sophrologue en 2018…

Quels enseignements tirer de ces chiffres ?

Chacun tirera ses propres conclusions et se fera sa propre interprétation des données collectées.

Cependant, les chiffres sont têtus. Il y a certaines évidences que l’on ne peut pas nier :

  • La sophrologie reste, pour beaucoup, une offre parmi d’autres. Si certain réussissent à en vivre, c’est peut-être plus grâce aux activités annexes, liées ou non à la sophrologie.
  • Après plusieurs années consécutives de baisse, les revenus se stabilisent. Mais cette situation semble encore très précaire.

Dans le contexte économique actuel, une pause sur les tarifs semblait inéluctable.

Maintenant, pour se confirmer, la reprise devrait s’accompagner d’une création de nouvelle clientèle plus que par la « cannibalisation » de la clientèle existante.

En attendant un véritable redémarrage, nous ne pouvons que réitérer les conseils de l’année dernière :

  • Considérez ce métier comme une création d’entreprise à part entière ;
  • Préparez votre installation en effectuant une réelle étude de la situation, de votre offre, de la concurrence et du potentiel. Construisez un véritable prévisionnel pour valider votre démarche;
  • Acceptez d’être aussi un entrepreneur et pas seulement un ou une sophrologue;
  • Pensez aussi bien marketing, communication, démarchage, réseau… que terpnos, RD, SDN, IRTER…

Bref, c’est une autre façon de penser et de vivre notre métier qui semble s’installer durablement. Nous sommes définitivement obligés de sortir de notre cocon et de devenir des entrepreneurs si nous voulons en tirer un revenu.

Petit Rappel

Je vous rappelle que cette étude, comme la globalité du site est sous licence Creative Comon Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International (CC BY-NC-SA 4.0)

Vous pouvez donc l’utiliser comme bon vous semble, dans sa globalité ou en partie. Vos seules contraintes sont :

  • Pas d’utilisation commerciale : interdiction de la vendre au ou d’en restreindre l’accès dans le cadre d’un abonnement ou d’une adhésion;
  • Obligation de citer vos sources, de préférence avec un lien vers le document d’origine.

En cliquant sur l’image de gauche, vous pourrez accéder à la version en ligne du l’infographie.

Si vous souhaitez la télécharger le dossier complet au format PDF pour l’imprimer, utilisez l’option de droite.

Bonne lecture !

Visualiser l’étude sur le métier de sophrologue en ligne

Infographie : le métier de sophrologue en 2019

Télécharger l’étude sur le métier de sophrologue

Découvrez le guide d'installation

En fin de formation ?
En cours d'installation ?

Guide d'installation sophrologue Vous vous posez de nombreuses questions sur:

  • Le choix de votre statut;
  • La fiscalité;
  • L’installation en cabinet;
  • La définition de votre offre de services;
  • La communication

Le guide d’installation vous apporte de nombreuses réponses et vous aide à organiser vos premiers pas.

Découvrez le guide d'installation