Site icon Sabine PERNET ⎮ Sophrologue Béthune – La Bassée

L’art des bonnes habitudes : la stratégie du voleur chinois

Bonnes habitudes - technique du voleur chinois

Le voleur d’estampes – Tome 1 © Moulin-Dupré / Editions Glénat 2016

Bonnes habitudes - technique du voleur chinois

Prendre de bonnes habitudes est souvent le meilleur moyen de changer radicalement son mode de vie et d’atteindre ses objectifs.

Vous avez des doutes ? Parfait, alors laissez-moi vous poser une simple question :

Nous sommes début février. Combien d’entre vous tiennent toujours les bonnes habitudes ou les bonnes résolutions qu’ils ou elles ont promis d’adopter dès le premier janvier ?

Vous tenez toujours ? Bravo, encore un petit effort… selon une étude, 88% auront abandonné avant la fin du mois.

En effet, pour la grande majorité, nous prenons des décisions raisonnées, avec des objectifs réalistes, mais, malgré cela, nous échouons

Aujourd’hui, je vous propose de revisiter cette approche et d’y introduire la notion de temps long et surtout des bonnes habitudes.

La base des bonnes habitudes

En premier lieu, il nous faut donc admettre qu’il ne suffit pas de “prendre une bonne résolution” pour qu’elle se réalise. Il n’y a que dans la presse ou dans l’imaginaire de notre société basée sur l’hyper performance que l’on peut perdre 10 kg en quelques jours (sans en reprendre plus par la suite). Courir un marathon dans 2 mois quand on a pas fait de sport depuis des années, etc..

Aussi, il est important de se fixer une succession d’objectifs réalistes plutôt qu’un but inaccessible, qui finira par être une source de frustration plus que de motivation.

Sur ces sujets, je vous renvoie aux articles précédents, et en particulier sur la définition des objectifs SMART, ainsi que sur la présentation de Matt Cutts sur la prise de bonnes habitudes.

Mais aujourd’hui, je voudrais insister sur une chose souvent négligée, mais essentielle : le facteur temps.

La stratégie du voleur chinois

Supposez que votre objectif soit de voler un vase placé au centre du grand comptoir d’une boutique. La stratégie du voleur chinois consiste à venir chaque jour et à déplacer le vase de quelques centimètres jusqu’à ce qu’il soit au bord de la table. Jusqu’à ce qu’il ait peu à peu disparu du champ visuel du marchand. Alors seulement, vous pouvez sans danger le faire tomber dans votre sac…

Cette technique millénaire qui aurait pu faire partie du livre “Les 36 stratagèmes”  écrit sous la dynastie des Ming (1366-1610) s’applique encore aujourd’hui à bon nombre de nos objectifs actuels.

Ainsi, qu’il soit question d’arrêter de fumer, de perdre du poids ou d’arrêter de procrastiner. La technique du voleur chinois reste la meilleure pour prendre de bonnes habitudes.

Pour faire plus moderne, plus marketing, certains ont rebaptisé cette méthode en “technique des 1%”, mais seul le nom change.

1%+1%+1%+…+1% = une bonne habitude ancrée

Un petit dessin valant des heures d’explications, voici qui devrait vous éclairer.

La ligne bleue représente la façon traditionnelle de se fixer des objectifs. Vous partez le plus souvent d’un niveau proche de zéro et vous vous fixez un objectif à atteindre à une date donnée.

La ligne verte représente la courbe d’apprentissage. Chaque pas est une petite progression par rapport au précédent. Dans cet exemple, j’ai choisi une progression minimale de 1%.

La première chose que l’on constate est que ces deux courbes commencent par s’éloigner avant de se rapprocher.

La distance qui les sépare représente le constat que vous faites entre vos objectifs et la réalité.

Au début, tout va bien… puis l’on arrive rapidement dans ce que j’appelle la zone de déception. Parce que le niveau d’attente est trop haut, l’écart constaté est important. Donc, on pense être incapable de tenir ses bonnes habitudes et l’on abandonne.

En définitive, on se rend compte que c’est l’écart qui est source de frustration et de démotivation, et non le travail réalisé.

Et c’est normal ! Il faut avoir un sacré caractère et une motivation à toute épreuve pour réussir à tenir le cap dans ces conditions.

Pourtant, cette démarche est trompeuse. En effet, quand vous regardez la courbe, elle remonte naturellement, sans qu’il soit besoin de produire d’effort supplémentaire.

La vertu des bonnes habitudes

Il y a quelque temps, j’avais publié un article sur la routine qui avait provoqué quelques sourires et beaucoup de scepticisme.

Aujourd’hui, je vous invite à considérer ces bonnes habitudes qui vont vous aider à atteindre votre objectif comme un exemple de la puissance de la routine.

Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas. – Lao-Tseu

Ainsi, plutôt que de vous fixer un objectif final très élevé, fixez-vous une multitude de petits objectifs, reproduisant ainsi le principe du cliquet : chaque habitude prise est ancrée, il ne doit pas y avoir de retour en arrière.

Dans ces conditions, vous irez naturellement de succès en succès. Votre motivation restera intacte. Votre confiance en vous et vos capacités va se renforcer… et vous finirez enfin par atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé.

Mais cette méthode des bonnes habitudes n’est pas une méthode miracle, cela se saurait. Si elle présente de gros avantages par rapport à la méthode classique, elle a aussi ses inconvénients :

  • Atteindre son objectif en mettant en place de bonnes habitudes demande du temps. Mais souvenez-vous que tout changement demande du temps, surtout quand on travaille sur soi.
  • Cette méthode va à l’encontre de la pression consumériste qui prône la performance, le dépassement de soi et l’implication totale. Mais rappelez-vous que ce sont aussi là les plus grandes sources de stress et d’échec.

C’est donc une méthode qui va vous demander de lâcher prise, d’avoir confiance en vous pour faire les premiers pas… et pour cela votre sophrologue peut, une fois encore, vous accompagner.

Quitter la version mobile