Burnout où en êtes-vous?L’une des grande difficultés du burnout, pour celui qui le subit, reste le fait d’en détecter les signes. Pas toujours facile de faire la part des choses entre soucis et contrariétés de la vie courante et les signes avant-coureurs, ou pire les signaux d’alarme, du burnout.

Je vais tenter de faire un peu la lumière sur certains signes avant-coureurs et vous proposer un test pour faire le point sur votre situation ou celle de vos proches car ,trop souvent, c’est au travers des autres que l’on réalise sa situation.

Une fois de plus, rien de purement scientifique, mais assez pour vous aider à y voir un peut plus clair et faire un tri objectif dans toute la littérature existante sur ce sujet.

Difficulté n° 1 : reconnaître que l’on est au bord du burnout.

Le sujet du burnout a déjà été abordé de nombreuses fois ici. Nous en avons déjà étudié les causes, les mécanismes et les conséquences physiques, psychologiques… et même économiques

Causes du burnout

Causes d’épuisement professionnel d’après le modèle de recherche de Carol Cordes et Thomas Dougherty – CC BY-SA 3.0

Pour mémoire, je vous rappellerai simplement que le burnout, ou syndrome d’épuisement professionnel combine une fatigue profonde, un désinvestissement de l’activité professionnelle, un sentiment d’échec et d’incompétence dans le travail.

Ce burnout n’est que le résultat d’un stress professionnel chronique résultant de causes multiples. La surcharge de travail, l’ambiance ou les conditions de travail ne constituent des facteurs de stress qui, cumulés, peuvent amener à une situation de burnout.

Ce que l’on nomme burnout n’est donc que le résultat, la manifestation physique de cet épuisement généralisé. La « mécanique » qui engendre ce burnout est pernicieuse, car elle va créer toutes les conditions pour que nous refusions de l’admettre.

L’isolement, le manque de soutien social, le conflit entre vie familiale et vie professionnelle, tous ces éléments que l’on retrouve quasi systématiquement dans les cas de burnout, concourent à créer une sorte de spirale, un maelström qui ne laisse que peu de chance de relever la tête.

La multiplicité des causes et cette emprise sur notre capacité à regarder objectivement la situation explique le fait que nombre de personnes en situation de burnout ne le découvrent que trop tard ou, dans le meilleur des cas, au travers des yeux et des signaux d’alarme de leurs proches.

Le test de Freudenberger

Herbert J. Freudenberger est un psychologue et psychothérapeute américain. Il fut l’un des premiers à décrire les symptômes de l’épuisement professionnel et à mener une étude complète sur le burnout.

De cette étude, il nous reste un test, toujours pratiqué, qui permet de se situer par rapport au burnout. Comme tous les tests que je vous propose sur ce blog, il n’a pas vocation à être scientifiquement exact et la qualité de ce qui pourrait en ressortir ne dépend que de l’objectivité avec laquelle vous répondrez à ces questions.

Ce test va vous demander d’évaluer le changement perçu dans votre vie. Essayez de répondre aux questions en prenant comme référence au moins les six derniers mois.

Accordez-vous un minimum de 30 secondes à chaque question pour faire le point, penser à votre travail, à votre famille, à votre environnement.

Pour répondre, attribuez à chaque proposition une note allant de 1 (pas de changement) à 5 (un grand changement).

Les points de vigilance

Les symptômes du burnout commencent à être bien connus : anxiété, perte de confiance, replis sur soi, manque d’attention, incapacité à se déconnecter, problèmes de couple, perte d’énergie, insomnies et troubles physiques.

Toute la difficulté réside dans votre capacité d’évaluation. Comme je l’avais expliqué dans l’article sur la dépression, un coup de blues passager est normal. Il en va de même avec la fatigue ou une petite baisse des performances intellectuelles. Tous les couples ne vivent pas une idylle permanente, les difficultés passagères font partie de la vie.

Il est donc essentiel de prendre du recul, d’apprendre à lâcher-prise pour être à même de faire le point sur la gravité réelle, ou non, de la situation. Pour vous poser les bonnes questions sur vos objectifs de vie, de succès et faire la différence entre la pression subie et celle que vous vous imposez.

Le rôle du sophrologue est de vous accompagner dans cette démarche préventive. Si rien n’est fait et que vous atteignez le stade du burnout, ce sera malheureusement aux médecins et thérapeutes de prendre le relais pour vous aider à recouvrer la santé et réparer les dégâts créés par cette spirale infernale.